Nos 10 coups de cœur photo de 2016

Jeudi 15 Décembre 2016 11:43:15 par Emilie Lemoine dans Editos

Yokohama shashin [studio de Yokohama] - Palefrenier tatoué vu de dos - 1870-1880 Guimet © Musée national des arts asiatiques – Guimet (dist. RMNGP)/Photo : MNAAG
Bon, on va pas se mentir, l'année 2016 n'a pas vraiment été l'année du siècle. Orlando, Nice ou Alep. Trump, Fillon ou Hanouna. Et cette étrange sensation d'avoir eu des nouilles dans le slip pendant 12 mois. Avec supplément harissa. Alors haut les cœurs et souvenons nous de ce que la photographie nous a offert de meilleur. En regardant le monde bien en face, aussi beau et laid soit-il. En le magnifiant parfois. Voici le classement non exhaustif de nos coups de cœur photo de l'année.



1 - Au commencement était Diane Arbus


Diane Arbus - Jack Dracula at a bar, New London, Conn. 1961
Gelatin silver print- Image: 24.8 x 16.9 cm (9 3/4 x 6 5/8 in.) -Promised Gift of Doon Arbus and Amy Arbus, 2007


Dès 1956, tout est déjà là. Les portraits des marges, des freaks, des New Yorkais pur jus, saisis dans leur bus ou dans la rue. Son œil est bon, dans tous les sens du terme, et le charme opère. Une exposition new-yorkaise, mais un livre surtout publié aux éditions de La Martinière.



2 - Christine Spengler, une photographe toréro


Portrait de Maria Callas, Saint-Paul-de- Vence, 2013
(“suivant les saisons, Maria portait une ou plusieurs rangées de perles à son cou”)
© Christine Spengler


Cheveux noirs et lèvres rouges. A l'image de son œuvre à deux faces, Christine Spengler est belle et fascinante. Une voix de rocaille qui souffle des mots avec la délicatesse et l'élocution parfaite d'une chanteuse d'opéra. Elle a d'ailleurs choisi le nom de son ouvrage et de son exposition à la MEP : L'Opéra du monde.



3 -  NnoMan ou la photographie au coeur des manifestations
 


© NnoMan


Voiture en feu, photographe dans le coma, atteinte à la liberté d'expression, le début du mois de juin 2016 fut pour le moins tendu. Les photographes NnoMan, Thomas Helard et bien d'autres couvrent les manifestations contre la Loi Travail, de Paris à Toulouse. Un travail dangereux mais indispensable.



4 - L'Afghanistan insoutenable de Paula Bronstein


Afghanistan : « Between Hope & Fear » © Paula Bronstein / University of Texas Press


De retour à Kampala après un voyage au nord de l'Ouganda, Paula Bronstein nous avait accordé une interview à l'occasion de la publication de son ouvrage « Afghanistan : Between Hope & Fear » aux éditions University of Texas Press. Des photographies comme un grand coup de poing dans le ventre.



5 - L'espoir avec Josef Koudelka
 


GILO SETTLEMENT OVERLOOKING BEIT JALA. © Gilad Baram


Un documentaire sur Koudelka en Israël et en Palestine. Le photographe franco-tchèque, dont la jeunesse fut marquée par la présence du rideau de fer, va vers d'autres remparts. Il y photographie seulement des paysages, sans présence humaine aucune. Une direction que Gilad Baram, réalisateur du documentaire «Koudelka : Shooting Holy Land» adapte à son film : silences, plans fixes et absence quasi-totale de narration donnent au long-métrage une force poignante et profonde.


6 - Araki, à cul et à cri
 


Komari de « L’Amant d’août » (« Suicide à Tokyo ») (Komari from « L’Amant d’août » [« Suicide in Tokyo »]) 2002 / 2008
impression directe RP H. 101,6 cm ; L. 152,4 cm - Yoshii Gallery, inv. YG-10838-NA © Nobuyoshi Araki


Comme une marguerite plantée sous un sexe velu. Les photographies d'Araki s'enfoncent au cœur de la vie, de la mort, des fleurs, des bouches ou des sexes. A la recherche du temps et des désirs perdus ? Nul ne sait vraiment. L'exposition montrée au Musée National des Arts Asiatiques – Guimet (Mnaag)  a esquissé quelques réponses. Celle, minuscule, de la galerie &co119, en a proposé d'autres, plus complexes, plus vicieuses aussi. Le catalogue de l'exposition du Mnaag est par ici.



7 - Les fleurs sublimes de Mapplethorpe
 


Robert Mapplethorpe, Orchid, 1982, Dye Transfer© Robert Mapplethorpe Foundation. Mapplethorpe Flora: The Complete Flowers, Phaidon (page 71)



L'idée peut paraître saugrenue. Acheter un livre de photos de fleurs. Oui, mais pas n'importe quel livre et pas n'importe quelles fleurs. Celles de Mapplethorpe. Magnifiques et sexuelles jusqu'au bout du pistil. Couleurs vénéneuses et noir et blanc envoûtants. Le feuilletage devient orgasmique. Oh oui. Encore. Le prix, on l'avoue, a calmé nos ardeurs. 175 euros TTC. Moins cher sans doute, le documentaire Mapplethorpe: Look At The Pictures sort au cinéma le 21 décembre !


 

8 - L'humour de Muriel Bordier
 


Un peu dans la lune, et complètement décalée, Muriel Bordier nous met dans sa valise et nous entraîne dans son univers. On avait passé quelques minutes avec cette drôle d'artiste. Pour se plonger tête la première dans ses images, son tout nouveau site est par .



 9 - Tout le monde à poil !


© Mathieu César


On aime et on soutient la dernière campagne de AIDES, à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida. Entre autres parce qu'elle n'a pas fini de provoquer des étouffements et fausses routes en tout genre. Que ce soit à base de rillettes d'oie, de puritanisme sans sel ou d'homophobie avec conservateurs. Et sans doute même parfois les trois à la fois.


 

10 - Brassaï for ever
 


BRASSAÏ Le Roi Soleil [Images primitives], 1945-1955
Epreuve gelatino-argentique, 139,8 ×105 cm
Collection Centre Pompidou © Estate Brassaï


Les sous-sols de Beaubourg réservent de belles surprises. Il y a des jours comme ça, où l'on ne retient d’un trajet de métro ou de RER qu’une succession banale de tags sans grand intérêt. Ces jours-là, il faudrait descendre dans les galeries souterraines du centre Pompidou, découvrir ses trésors cachés. Parmi eux, les graffitis de Brassaï, que la Galerie de la Photographie expose jusqu'en janvier 2017. Histoire de bien commencer l'année...





Emilie Lemoine

Commentaires

Réagissez à cet article

Prénom Nom

E-mail

Message

Cochez la case ci dessous


Articles similaires

Tags : mapplethorpe, brassa, autres, fleurs, photographie, exposition, bronstein, photographe, christine,