Pierre et Gilles fêtent leurs quarante ans

Mercredi 28 Décembre 2016 11:49:50 par Jules Metge dans Livres Chroniques

40 ans, 2016 Modèle : Pierre et Gilles Sans cadre : 105 × 84 cm Avec cadre : 123,5 × 102 cm Galerie Daniel Templon, Paris © Pierre et Gilles Courtesy Galerie Templon, Paris et Bruxelles
 
Pierre et Gilles fêtent leur quarante d’ans de carrière. Pour l’occasion, les éditions Flammarion retracent l’oeuvre du célèbre couple d’artistes dans un livre sobrement intitulé « Pierre et Gilles ».

Le livre s’organise chronologiquement, s’étalant de 1977 à 2016. Trois ou quatre centaines d’oeuvres sont présentées, soit une dizaine pour chaque année. Chaque chapitre s’ouvre avec un petit dessin, une légère esquisse des photos-tableaux qu’imaginent les deux artistes. La technique du couple est bien connue - Pierre prend la photo, tandis que Gilles la retouche et la repeint. Le livre permet d’illustrer la constance de leur style. Quarante ans d’images iconiques, quarante ans d’amis venus revisiter avec eux la culture populaire.

Parmi ces amis, beaucoup de célébrités (Jean-Paul Gaultier, Mireille Matthieu, Sylvie Vartan, Dita von Teese), mais aussi des inconnus : « Adrien », « Marc », « Sacha ».
Avec eux, Pierre et Gilles reprennent l’iconographie religieuse, jouent avec l’imaginaire militaire, s’amusent de la propagande communiste ou des postures antiques. Leurs photographies peuvent imiter les tableaux les plus célèbres : le Désespéré de Gustave Courbet ou le Narcisse du Caravage. En général, l'image est surchagée en fleurs, étoiles et paillettes. Le style de Pierre et Gilles se caractérise par ce grand détournement placé sous le signe du kitsch.


Vive la France, 2006
Modèles : Serge, Moussa et Robert Sans cadre : 125 × 101 cm
Avec cadre : 135,5 × 111,5 cm Avec guirlande : 147 × 125 cm
Collection Eric Steiner, Washington © Pierre et Gilles

 


On redécouvre des clichés plus surprenants, moins surchargés, moins retouchés. Comme « Le Vendeur du métro », prise en 1994. Si le cadre ouvragé est bien la signature des artistes, la composition, très simple, contraste avec les créations habituelles du duo. Un jeune homme se tient debout, dans le couloir du métro parisien, reconnaissable à sa mosaïque blanche. Devant lui, une boîte en carton, peinte en noir et recouverte d'une nappe blanche, sert de présentoir à des sachets d’arachides. Le sol est jonché de mégots et de tickets usagés. La seule excentricité : une guirlande électrique.

Dans le port du Havre, 1998 Modèle : Frédéric Lenfant
Sans cadre : 101 × 124 cm Avec cadre : 118,5 × 141,5 cm Collection particulière
© Pierre et Gilles



L’imaginaire de Pierre et Gilles est parfois sombre, comme en 2008 et 2009, lorsque leurs personnages posent devant des villes inquiétantes, où les nuits ont des cieux chargés. Le décor obscur se compose de décharges de métal et de complexes industriels délaissés, survolés par des bandes de chauves-souris.

Le duo n’hésite pas à se saisir des sujets les plus douloureux - la guerre, la prison, les camps nazis. Il n’hésite pas non plus à aborder l’actualité mondiale, comme le conflit israélo-palestinien avec « David et Jonathan » (2005). Les deux personnages, évidemment nus, sont seulement coiffés d’un keffieh et d’une kippa. Une étreinte réconcilie les camps ennemis dans une nuit kitschement biblique.

Pierre et Gilles délivrent aussi leur vision de la France. Un pays « black blanc beur » , attaché à la fraternité et l’égalité, comme le démontre « Vive la france » (2006), où trois hommes posent nus, simplement habillés par leurs chaussettes aux couleurs du drapeau. La France de Pierre et Gilles, c’est aussi Zahia, modèle des deux grandes figures monarchiste et républicaine : Marie-Antoinette et Marianne.
 


Marianne, 2015
Modèle : Zahia Dehar
Sans cadre : 130 × 97 cm
Avec cadre : 153 × 120,5 cm
Collection particulière
© Pierre et Gilles
Courtesy Galerie Templon, Paris et Bruxelles



Ce livre offre aussi l’occasion de voir les deux artistes grandir et vieillir, au fil de leurs autoportraits. Leur déguisement favori, celui de marin, alterne avec ceux de mafieux tamouls, de Président de la République ou encore de pénis. Les deux artistes sont allés jusqu’à faire un faux autoportrait d’eux jeunes, à l’aide de deux modèles censés les représenter quarante ans plus tôt. Une façon de ne jamais vieillir, protégés par cet univers où l’on célèbre éternellement les corps et l’imaginaire.





Pierre et Gilles, les 40 ans !
Texte d’Eric Troncy
12/10/2016
24x30x0 cm
50,00 €
Editions Flammarion



Jules Metge

Commentaires

« Toujours actuels,jamais démodes même dans leur style Kitschissime ! Leur retrospective au musee de l'Orangerie était historique.La, ils etaient representés en cosmonautes autre costume fetiche des artistes oublié dans cette article :ce sont les Pet Shop Boys de l'Art contemporain. Longue vie de création a Pierre & Gilles! Jean philippe David, photographe publicitaire. »

jean philippe David | Signaler un abus 2016-30-12 2:40:11

Réagissez à cet article

Prénom Nom

E-mail

Message

Cochez la case ci dessous


Articles similaires

Tags : gilles, pierre, artistes, france, quarante, collection, imaginaire, vieillir,