Jean-Christophe Béchet, photographe sous « Influences »

Vendredi 06 Janvier 2017 15:17:44 par Anaïs Viand dans Livres Chroniques

Chapitre Henri Cartier-Bresson © Jean-Christophe BECHET
Influences – Un jeu photographique. Le titre de l'ouvrage de Jean-Christophe Béchet résume parfaitement sa démarche : cet ouvrage est un tour d'horizon des photographes ayant influencé son travail - tant sur le plan technique que sur les plans plus personnel et philosophique. A le feuilleter, on se remémore les mots d'Anders Petersen « La plupart des photographes sont comme des voleurs, ils se volent les uns aux autres. Moi je vole à tous ceux que je peux ! (…) Oui être un voleur c'est intéressant. Mais copier c'est être un esclave. »*




Chapitre Brassaï © Jean-Christophe BECHET

 


Jean-Christophe Béchet nous propose ici un historique de la photographie revisité ou du moins associé à sa pratique personnelle. Patience, on va vous expliquer. Le concept est simple : Influences est un recueil de 51 photographes parmi lesquels Gary Winogrand, Walker Evans, Brassaï, Henri Cartier-Bresson ou encore Henry Gruyaert et Sebastião Salgado. Le choix de la présentation de ces maîtres-influenceurs n'est pas un secret. Il s'agit d'un classement chronologique selon leurs dates de naissance. Ainsi, l'ouvrage s'ouvre avec Eugène Atget, le spécialiste du théâtre du crime, né en 1857 et se conclut avec l'archéologue urbain Stéphane Couturier né en 1957. La plupart d'entre eux sont des photographes spécialisés dans la photographie noir et blanc et sont des spécialistes de la street photography, du reportage ou encore du portrait.

Chaque influence est associée à deux textes : l'un est une brève biographie du photographe tandis que l'autre explicite comment le photographe a influencé le travail de Jean-Christophe Béchet. Influences recence les photos de Béchet prises entre 1985 et 2015. Si ses influences sont parfois contradictoires, elles sont toujours très bien documentées. En plus d'être bon photographe, Jean-Christophe Béchet est bon écrivain.



Chapitre Eugene Atget © Jean-Christophe BECHET
 


Chapitre Harry Gruyaert © Jean-Christophe BECHET
 


Petit tour d'horizons de ses influences juste pour mettre l'eau à la bouche...

Béchet nous explique par exemple que grâce à Cartier-Bresson, il a accepté de jouer le rôle du voyeur. Outre « l'instant T », il retient de lui sa maîtrise de la géométrie. Lorsqu'il a réalisé le « Portrait de l'écrivain », il a essayé de saisir le « silence intérieur » à la façon du maître.

Quant à Winogrand, il lui a « appris » à faire des cadrages spontanés, tel l'écrivain à processus, il photographie et réalise dans un second temps l'objet photographié. Il rappelle avec l'oeuvre de Winogrand que l' « on photographie d'abord avec sa personnalité et sa passion ».

« Je dois à Raymond Depardon une évolution dans mes cadrages. Son œuvre m'a incité à prendre du recul et à cadrer large afin de mieux intégrer la notion d'espace dans le paysage » : vous l'aurez compris, il améliore son cadrage grâce à Depardon.

Il déclare par ailleurs : « Aujourd'hui, si je ne devais revendiquer qu'une seule influence, décisive et globale, ce serait sans doute celle de Lee Friedlander et de ses cadrages exemplaires. »



Chapitre William Eggleston © Jean-Christophe BECHET



Chapitre Robert Frank © Jean-Christophe BECHET
 


En plus d'expliquer en quoi ces photographes ont influencé son œuvre, Jean-Cristophe Béchet dévoile des anecdotes oubliées. Il rappelle par exemple l'épisode de l'exposition posthume de Cartier-Bresson au MoMA... alors qu'il était pourtant bien vivant.

Au départ, l'ouvrage peut intriguer. On peut penser que son auteur manque de modestie à se comparer aux plus grands. Mais Influences est inévitablement un manuel utile pour le nouveau photographe que vous êtes. Plus qu'un ouvrage, il est un guide éclectique relevant à la fois de l'histoire de la photographie et du dictionnaire des grands concepts photographiques. Comme si cela ne suffisait pas, le livre relève également du récit autobiographie : Jean-Christophe Béchet se dévoile. Il nous révèle par exemple sa fascination pour les poteaux électriques - la tecnhique de Lee Friedlander lui a d'ailleurs été d'une aide précieuse pour les photographier. Ou encore, il partage avec nous le nom de son premier livre de chevet Paris de nuit (1933) de Brassaï : « Lorsque je suis venu habiter à Paris, en 1990, le souvenir de Brassaï m'a incité à explorer l'ambiance nocturne de la capitale. C'est en étudiant ses photographies que j'ai appris à maîtriser le pouvoir poétique des lumières électriques. »



Chapitre André Kertesz © Jean-Christophe BECHET



Chapitre Irving Penn © Jean-Christophe BECHET

 



Un petit regret tout de même. Peut-être aurait-il pu ajouter une photographie du « mentor » en face de la sienne, pour expliciter encore un peu plus ses influences ?
Enfin, et ce sera le mot de la fin, nous pouvons nous interroger : n'a-t-il donc pas eu d'influence(s) depuis 1957 ou plutôt depuis Stéphane Couturier ?



* Christian Caujolle, Anders Petersen, coll « Juste entre nous », André Frère Editions, 2013.






Influences Un jeu photographique

de Jean-Christophe Béchet
Editions de La Martinière
29 euros



Anaïs Viand

Commentaires

Réagissez à cet article

Prénom Nom

E-mail

Message

Cochez la case ci dessous


Articles similaires

Tags : christophe, influences, bechet, chapitre, photographie, ouvrage, photographes, encore, photographe, brassa, influenc, bresson, cartier,