My mum, my muse par Sage Sohier

Mardi 14 Février 2017 16:47:02 par Chloé Andrianarisoa dans Livres Chroniques

Mum in her bathtub, Washington, D.C., 2002 © Sage Sohier
« Pendant une brève période de sa jeunesse ma mère a été un modèle […] J'ai grandi comme un témoin de sa beauté : j'avais l'habitude de m'allonger sur son lit, avec les chiens, et de la regarder essayer des habits et s'étudier avec un œil critique dans le miroir. Lorsque j'ai grandi, […] j'ai assumé ma position, joyeusement, de l'autre côté de l'appareil ».



Mum applying make-up, Washington D.C., 1994 © Sage Sohier


Witness to Beauty est le dernier livre de Sage Sohier, publié par Kehrer, une compilation de portraits de sa mère, Wendy Morgan, parfois accompagnée de son mari, de l'artiste et/ou de sa sœur. Ancien modèle photographié par Richard Avedon ou Irvin Penn, Wendy Morgan, désormais Wendy Burden, posait en couverture de Life magazine en 1948. Intimiste et biographique, cet ouvrage traite avec tendresse du rapport que cette femme entretient et a entretenu avec l'apparence.

Comme le résume le commissaire d'exposition et écrivain indépendant Marvin Heiferman, cet ouvrage est l'histoire « d'une femme observée, et d'une femme observant, d'une mère prise en photo par sa fille et, plus tôt dans sa vie, par d'autres. » En effet, le livre se découpe en deux parties. La première est mise en scène à la manière d'un album de famille, regroupant quelques photos professionnelles et quelques autres de famille de Wendy Morgan. La seconde se compose des clichés de Sage Sohier pris de 1994 à 2014, et vient alors comme compléter la première. La maîtrise professionnelle de la photographe américaine se mêle au regard de l'enfant posée sur sa mère, plein d'admiration, de fierté et d'intimidation.


Cedar enzyme bath, Osmosis Spa, Freestone, CA, 2010 © Sage Sohier


Celle qui est appelée « Mum » dans les légendes apparaît toujours parfaitement apprêtée, dans des poses maîtrisées même dans les moments les plus saugrenus. La photographe raconte que la mannequin a toujours cherché à avoir une complète maîtrise de son physique. Selon elle, sa mère est représentante d'une époque où la femme se concentrait sur son apparence, celle de sa maison et de son jardin afin de plaire à autrui. Un temps admirative, Sage Sohier s'est rapidement sentie menacée par les exigences que Wendy faisait peser sur ses deux filles. Gros orteil trop proéminent, poitrine trop petite, grandes « comme des géantes » : difficile d'être les filles d'une icône de mode ! A l'adolescence, la jeune Sage condamne ce mode de vie qu'elle juge trop superficiel. Mais à l'âge adulte, la photographe se rend compte qu'elle doit aux années de son enfance passées aux côtés de sa mère, son goût pour l'esthétique et sa fascination pour l'image.

Sage Sohier observe les efforts de sa mère pour entretenir son corps vieillissant : maquillage, acupuncture, lifting. Ils ne sont plus l'expression d'une démarche vaine et futile pour elle, mais le signe d'une volonté de fer. A travers ces couleurs vives et ces innombrables sourires, l'artiste espère que le lecteur saisit l'incroyable vitalité de cette femme.



Mum in her garden, Washington, D.C., 2003 © Sage Sohier


A la fin de l'ouvrage, Sage Sohier nous apprend que sa mère vient de vendre sa maison dont elle s'était tant occupée. l'artiste y voit la « fin d'une ère ». Elle ne se contente donc pas d'être une témoin de la beauté. Ces photos rendent hommage à un mode de vie esthétique, à travers la biographie en images d'une « force de la nature ».







Witness to Beauty
Sage Sohier
Kehrer Verlag
39,90 euros



Chloé Andrianarisoa

Commentaires

Réagissez à cet article

Prénom Nom

E-mail

Message

Cochez la case ci dessous


Articles similaires

Tags : sohier, ouvrage, photographe, artiste, morgan, apparence, pendant, filles, maison,